mardi 25 novembre 2014

Back to black (#2)

Toujours prise dans ma folie de noirceur vestimentaire, je suis également retournée à H&M et ai été agréablement surprise d'y trouver de nombreux articles à me plaire, comme ce pantalon et ce T-shirt.

De plus, apparition en exclusivité d'un nouvel accessoire qui va révolutionner mes poses: le tabouret! Je sais que vous lui réserverez un accueil chaleureux.

Pose "j'ai les mains dans les poches donc je suis une fille cool et décontractée"

Pose "présentation du tabouret"

 Pose Anne Sinclair dans 7/7

Détail du motif du pantalon

Pantalon & T-shirt - H&M
Escarpins violets - Miu Miu
Escarpins dorés à bouts ouverts - Jonak


Bonus: 
La pose créature du marais (ou Caliban dans La Tempête, de Shakespeare)



dimanche 23 novembre 2014

Recette automnale

Maman C. m'a gentiment envoyé une recette à base de potiron (dans ma tête potiron = automne). Il n'en a pas fallu plus pour enflammer mon désir de cuisine, vu que Thanksgiving approche (oui, je suis française et ne suis pas vraiment concernée)((mais une fête où l'on mange beaucoup ne peut qu'être exportée et adoptée, non?)).

N'ayant pas tous les ingrédients indiqués dans la recette reçue, j'ai décidé de faire avec ce que j'avais et de les remplacer ou de changer quelques quantités qui me paraissaient exagérées (bon, ok, j'avais surtout la flemme d'aller les acheter).

Gâteau au potiron - ingrédients:
- un morceau d'un kg de potiron
- 3 oeufs
- 5 cL d'huile de noisette (un reste de celle achetée pour le Granola)
- 200g de poudre d'amande (car je n'avais pas de poudre de noisettes)
- 3 cuillères à café de canelle
- 1/2 cuillère à café de cumin + 1/2 cuillère à café de muscade (car je n'avais pas une cuillère à café de gingembre)
- 1 pincée de sel
- 150g de sucre roux
- 300g de farine
- 1 sachet de levure
(- 1 cuillère à café de bicarbonate // je n'en avais pas)

Marche à suivre:
- éplucher, couper puis faire cuire le potiron (je l'ai fait la veille pour que le potiron ait bien le temps de s'égoutter)
- préchauffer le four à 150-160°
- réduire le potiron en purée
- ajouter et mélanger les ingrédients dans l'ordre ci-dessus
- mettre soit dans 2 moules à cake, soit dans un grand moule rond à hauts bords
- enfourner pendant 1h10 en vérifiant la cuisson à l'aide d'un couteau


Verdict:
Bon mais un chouilla fade (la faute à la poudre d'amande au lieu de celle de noisettes?). Il n'est pas très sucré ce qui le rend peu écœurant. Après réflexion, j'aurais peut-être rajouté des morceaux de noisettes ainsi qu'un glaçage au fromage frais (sur le dessus et au milieu du gâteau, comme pour un Carrot Cake).



 

mardi 18 novembre 2014

Back to black (#1)

Après avoir résolument tenté de m'éloigner du noir pendant quelques temps, il est des habitudes tenaces. L'arrivée de l'hiver m'a fait retomber dans ma drogue dure: les vêtements noirs (ou à dominance noire).

On commence avec cette petite jupe achetée aux USA cet été et qui se révèle un peu trop grande maintenant. Elle est bien pratique pour aller travailler car de la bonne longueur. Mais elle fait mal aux yeux.


Pose "j'attends vos questions suite à ma présentation Powerpoint"

Pose dramaturgie grecque/déclamation de vers

Pose "temps mort" comme le prof de sport au cours de handball en terminale
(j'étais partie sur du haka mais je n'y connais absolument rien...)

Gros plan sur l'imprimé légèrement psychédélique.

Jupe - Banana Republic
Top - H&M
Escarpins - Minelli



dimanche 16 novembre 2014

Peanut butter cookies

J'ai ramené de mon voyage estival américain du beurre de cacahuète maison de chez Froehlichs, un petit magasin de Three Oaks, une ville presque clichée tellement elle ressemble à ce qu'on voit dans les films. En le goûtant, je me suis rappelée que finalement je n'aimais pas vraiment le beurre de cacahuète en tant que tel (en même temps, tant mieux). Et quelle meilleure utilisation que d'en faire des cookies?! De plus,faire des cookies, c'est ultra facile quand on a tous les ingrédients (et, comme j'aime à le répéter, la pâte à cookies est juste un DÉLICE et pourrait sûrement amener la paix dans le monde)

Ingrédients (recette américaine donc unités de mesure américaines, très approximativement converties):
- 1 cup butter // 250g de beurre
- 1 cup white sugar // 1 petite tasse de sucre blanc
- 1 cup brown sugar // 1 petite tasse de sucre roux
- 2 eggs // 2 oeufs
- 1 cup peanut butter // 1 petite tasse de beurre de cacahuète
-------------------------------------------------------------------
- 2 1/2 cups white flour // 2,5 petites tasses de farine
- 1 teaspoon salt // 1 très petite cuillère à café de sel
- 1 teaspoon baking powder // 1 petite cuillère à café de levure
- 1 teaspoon baking soda // 1 petite cuillère à café de bicarbonate de soude

Marche à suivre:
- Dans un bol, mélanger farine + sel + levure + bicarbonate de soude (je n'ai pas mis de bicarbonate de soude)
- Dans un saladier mélanger le beurre mou + le sucre + les œufs
- Rajouter le beurre de cacahuète
- Rajouter progressivement le mélange de farine dans le saladier
- Mettre au frais environ 30 minutes
- Préchauffer le four à 180°
- Mettre des boules de pâte (une grosse cuillerée à café) sur une plaque huilée ou recouverte de papier cuisson, les écraser à la fourchette pour leur donner un dessin.
- Enfourner 10 minutes jusqu'à ce que les cookies se colorent
- Laisser tiédir et déguster avec un verre de lait au goûter ou en dessert avec une bonne compote maison!

La recette en a donné 44 
(quelques-uns n'ont pas survécu très longtemps à leur bonne odeur, d'où le nombre moindre présent sur cette photo)



Mes super étagères à refroidissement ramenées cette année des USA - une quête de 4 ans!
(oui, j'ai une idée très personnelle des souvenirs de voyage)


jeudi 13 novembre 2014

Gone Girl, by Gillian Flynn

LIVRE COUP DE CŒUR!!!

C'est une amie américaine qui m'a parlé de ce livre cet été. Nous ne savions pas que la version cinématographique allait sortir peu de temps après, elle l'avait juste trouvé génial et me l'a conseillé. Par une pure coïncidence j'ai commencé le livre le jour de la sortie du film en France - inutile de vous dire que j'ai tenté par tous les moyens de ne rien lire sur le film et d'éviter de voir la bande-annonce afin de rester concentrée et de n'avoir aucun indice sur l'issue du roman.

Je vais ainsi essayer de ne pas en dire trop pour éviter de tout spoiler... Mais c'est dur! Le livre est divisé en 3 parties, avec une alternance continue entre la narration d'Amy et celle de Nick, femme et mari. Amy disparaît au début du roman et dans la première partie on suit l'évolution de l'enquête à travers la narration de son mari, qui est entrecoupée de passages du journal intime de la disparue - passages qui remontent au début de leur relation et nous emmènent progressivement jusqu'au jour de sa disparition. Je ne vous dis rien pour les autres parties afin de vous laisser du suspense.

Pourquoi j'ai adoré? Tout d'abord pour l'organisation judicieuse du roman (les trois parties et les narrations alternées) et ensuite pour le suspense: le mystère s'épaissit, le lecteur n'est pas à l'abri de découvertes surprenantes sur les personnages et l'auteure nous oblige à rester sur nos gardes jusqu'au bout. Un vrai bonheur de lecture que je recommande à tout le monde!

La version française s'intitule Les Apparences - il s'avère que j'avais sauvegardé la référence dans un de mes carnets de choses quand la version française était sortie en France! Je reste donc cohérente avec mes coups de cœur.


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/7/7e/Gone_Girl_(Flynn_novel).jpg


Extraits (je les mets sans les pages et dans le désordre pour que vous gardiez du suspense):
- "There is an unfair responsability that comes with being an only child - you grow up knowing you aren't allowed to disappoint, you're not even allowed to die."

- "He has claimed me, [...]. It feels nice, after my recent series of nervous, respectful post-feminist men, to be a territory."

- "Nick always mocked my endless lists. ('It's like you make sure you're never satisfied, that there's always something else to be perfected, instead of just enjoying the moment')"

- "One should never marry a man who doesn't own a decent set of scissors."

- "[...] love was like drugs or booze or porn: There was no plateau. Each exposure needed to be more intense than the last to achieve the same result."

- Et je ne peux évidemment pas omettre celui-ci, qui est l'une des citations les plus connues du roman:
“Men always say that as the defining compliment, don’t they? She’s a cool girl. Being the Cool Girl means I am a hot, brilliant, funny woman who adores football, poker, dirty jokes, and burping, who plays video games, drinks cheap beer, loves threesomes and anal sex, and jams hot dogs and hamburgers into her mouth like she’s hosting the world’s biggest culinary gang bang while somehow maintaining a size 2, because Cool Girls are above all hot. Hot and understanding. Cool Girls never get angry; they only smile in a chagrined, loving manner and let their men do whatever they want. Go ahead, shit on me, I don’t mind, I’m the Cool Girl.

Men actually think this girl exists. Maybe they’re fooled because so many women are willing to pretend to be this girl. For a long time Cool Girl offended me. I used to see men – friends, coworkers, strangers – giddy over these awful pretender women, and I’d want to sit these men down and calmly say: You are not dating a woman, you are dating a woman who has watched too many movies written by socially awkward men who’d like to believe that this kind of woman exists and might kiss them. I’d want to grab the poor guy by his lapels or messenger bag and say: The bitch doesn’t really love chili dogs that much – no one loves chili dogs that much! And the Cool Girls are even more pathetic: They’re not even pretending to be the woman they want to be, they’re pretending to be the woman a man wants them to be. Oh, and if you’re not a Cool Girl, I beg you not to believe that your man doesn’t want the Cool Girl. It may be a slightly different version – maybe he’s a vegetarian, so Cool Girl loves seitan and is great with dogs; or maybe he’s a hipster artist, so Cool Girl is a tattooed, bespectacled nerd who loves comics. There are variations to the window dressing, but believe me, he wants Cool Girl, who is basically the girl who likes every fucking thing he likes and doesn’t ever complain. (How do you know you’re not Cool Girl? Because he says things like: “I like strong women.” If he says that to you, he will at some point fuck someone else. Because “I like strong women” is code for “I hate strong women.”)”